La Vienne Rurale 03 septembre 2017 a 12h00 | Par Elisabeth Hersand

Cet été, j’ai tracé mon chemin… sur celui de Stevenson

Créé il y a 23 ans, le Chemin de Stevenson accueille chaque année de plus en plus de randonneurs. Pour les puristes, c’est accompagné d’un âne que ça se passe. Et c’est comme ça que j’ai choisi de le faire (en partie) cet été. Retrouvez le récit d'une partie de ce parcours en dernière page du journal du 1er septembre

Abonnez-vous Reagir Imprimer
 (© Elisabeth Hersand)  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand

C’est vrai qu’il est moins connu que celui de Saint-Jacques de Compostelle. Mais le chemin de Stevenson est pourtant réalisé chaque année par plus de 8 000 personnes. Des marcheurs, pour la plupart, même si dans l’esprit, c’est avec un âne que ce chemin doit se parcourir. Comme je l’ai fait cet été. Et surtout, comme l’a fait, en 1878, Robert-Louis Stevenson. L’écrivain écossais, connu pour ses romans L'Île au trésor et L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde, souhaitait prendre du recul et réfléchir à sa vie sentimentale. Le 22 septembre, il prend la route depuis le Monastier-sur-Gazeille (à quelques kilomètres au sud est du Puy-en-Velay) avec une ânesse qu’il charge d’un bât et qui lui transporte nourriture et couchage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vienne Rurale se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous