La Vienne Rurale 08 mai 2020 à 09h00 | Par Elisabeth HERSAND

Faciliter la course aux équipements pour les professionnels de la Vienne

Avec l’annonce du début du déconfinement au 11 mai, les entreprises de la Vienne ont cette semaine été bien occupées à aménager ce retour progressif, en respectant le protocole établi par le gouvernement. Et notamment à dénicher des masques et autres solutions de nettoyage des mains et des locaux. Le point sur les solutions déployées dans la Vienne pour les y aider.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. de dianous

L’entraide en temps de crise, ça fonctionne aussi dans le monde professionnel. Les CCI et CMA ont ainsi chacune mis en place une plateforme d’échanges, ou il est à la fois possible de déposer une offfre, ou une demande. « Depuis une dizaine de jours, nous proposons cet outil en ligne, pour faciliter l’achat des masques, gels hydroalcooliques(...)» explique Karine Desroses, président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de la Vienne. Un google sheet (lien à retrouver sur le compte Facebook de la CMA) qui permet d’avoir les coordonnées d’entreprises du département qui vendent ces produits, et qui est une initiative départementale. Du côté de la CCI, c’est une plateforme nationale qui est proposée depuis 2 semaines, avec la possibilité de sélectionner les offres et demandes par département ou type d’offre. Matériel, masques, visières, gels, signalétiques, marquage au sol proposés par des professionnels de la Vienne y sont répertoriés. « L’objectif est de faciliter la mise en relation, et souvent, c’est plus simple lorsque c’est du local » explique Louise Averty. La conseillère de la CCI de la Vienne fait partie des trois personnes qui suivent particulièrement la plateforme, et qui n’hésitent donc pas à évoquer les solutions proposées par des entreprises du département lors de contacts téléphoniques avec des ressortissants de la Vienne. « Je pense que dans les semaines à venir, les professionnels auront pour la plupart trouvé les équipements tels que les masques, mais certaines prestations ou solutions à des problématiques vont devenir essentielles ». Et d’évoquer les livraisons, que certaines entreprises pourraient proposer pour d’autres, des ouvertures automatiques de porte et autres sytèmes permettant d’éviter le contact avec les poignées. Deux plateformes sur lesquelles près de 90 entreprises du département proposent leurs services, parmi lesquelles l’Atelier Bénédicte Création  et Labo France (lire ci-dessous). À l’échelon national, les deux chambres consulaires ont également conclu un partenariat avec CDiscount, filiale du groupe Casino pour permettre l’achat de masques par les TPE et PME. Un système de commande en ligne, avec trois points de retraits identifiés dans la Vienne:  Géant Poitiers, Leader Price Chatellerault et Leader Price Mirebeau. Enfin, un autre partenariat avec La Poste s’adresse aux entreprises de moins de 50 salariés. Depuis lundi, toutes ces entreprises peuvent passer commande sur la plateforme https://masques-pme.laposte.fr. Le paiement se fait en ligne pour des masques lavables. La Poste assure que 10 millions sont disponibles. Qu’il s’agisse de CDiscount ou de La Poste, ces masques sont réservés aux professionnels et ne peuvent pas faire l’objet de revente.

Des masques, mais plus pour se déguiser

D’habitude, Bénédicte de Dianous imagine et conçoit des robes de mariée, costumes et
autres collections de déguisement. Mais depuis quelques semaines, la couturière de Poitiers travaille un produit unique: les masques de protection.

Faire du sur-mesure en respectant 1 mètre de distance avec la personne pour qui on réalise un article, ce n’est pas possible!»  regrette Bénédice de Dianous. La couturière de l’Atelier Bénédice Création, basé à Poitiers, a donc du stopper son activité habituelle. « Un groupe de couturières bénévoles m’a contacté au début du confinement pour que je leur fournisse un patron de blouse à fabriquer pour les soignants à domicile » explique l’artisan, qui a accepté que son patron soit diffusé gratuitement, notamment sur Facebook. Bénédicte de Dianous a ensuite rapidement pris les patrons fournis par l’Afnor pour fabriquer des masques en tissu pour ses proches. « J’en ai distribué autour de moi, et les demandes ont augmenté, des entreprises m’ont aussi contactée ». La couturière a donc choisi de s’associer à une consœur, Isabelle Augeraud, qui fabrique des sacs à main à l’atelier d’Isa et Victoria. «J’ai désormais des demandes d’entreprises et de particuliers ». Des commandes qu’elle réalise toute la journée, grâce à un stock important de tissus, mais aussi d’élastiques, qu’elle avait à son atelier. « Ces stocks sont assez difficiles à gérer, car j’arrive presque au bout de mon tissu, et les commandes mettent du temps à arriver. Mais je ne me pose pas trop de questions. C’est agréable de savoir que l’on fabrique des choses vraiment utiles ». À quelques jours du début du déconfinement, la couturière continue sa production, qu’elle a du mal à évaluer en volume. « Je pourrais faire un calcul avec le tissu utilisé et ce qu’il me faut pour chaque masque. » Et ça ferait un bon exercice de mathématiques pour les enfants qui n’auraient pas repris le chemin de l’école...

Des solutions nettoyantes

À Payré, Marie-Hélène et Patrice Mazur sont spécialisés dans la vente de produits fabriqués par Labo France, à Clermont Ferrand. Des solutions de nettoyage destinées à tous les secteurs d’activité, parmi lesquelles l’agriculture, la pharmacie. « Ce sont des solutions naturelles que nous vendons depuis des années, et qui ont été remises aux normes du covid-19 » précise Patrice Mazur. Lorsqu’une entreprise les contacte, il se charge de la commande, qu’il livre lui-même.  «Nous disposons d’un cahier de procédure, que nous pouvons détailler et expliquer aux clients ». Les quelque 400 produits que l’entreprise fabrique à Clermont-Ferrand peuvent d’ailleurs être adaptés aux demandes ou exigences. « Nous répondons aux problématiques des clients. Nous travaillons par exemple avec la Vallée des Singes, pour proposer des produits qui ne soient pas nocifs pour les animaux. Une mousse sans odeur  ni produit chimique a été mise au point pour le nettoyage des vitres des bonobos, qui sont des animaux très sensibles aux odeurs».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vienne Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous