La Vienne Rurale 11 septembre 2020 à 20h00 | Par Elisabeth HERSAND

Une journée dans la caravane du Tour: tout ce que je n'ai pas pu écrire dans l'article

Puisque la journée de mercredi a été dense, il a bien fallu faire des choix dans l'article paru dans le journal de ce 11 septembre, concernant ma journée dans la caravane du Tour, dans la Limousine Cochonou... Mais comme tout était vraiment chouette, je me suis aussi dit que ce serait dommage de ne pas vous en dire plus. Petites infos bonus à lire ci-dessous!

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Elisabeth Hersand)  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand  © Elisabeth Hersand

Des Deudeuche chouchoutées

Même si dans les 2CV Cochonou, on retrouve la même odeur que dans les deudeuche d'antan (si, si, je vous assure, le matin, ça ne sent pas le saucisson!), les véhicules ont été un peu customisés. La Limousine dans laquelle je me suis installée pour suivre l'étape Chatellailon-Poitiers, est quasiment un modèle unique. Ce véhicule qui accueille VIP et journalistes a été rallongé de l'équivalent d'une porte, soit à peu près 1 mètre. A l'intérieur, si on retrouve un tableau de bord d'antan (et notamment un compteur kilométrique qui ne peut pas être remis à zéro entre les étapes, ce qui oblige Damien Conseil, le pilote du véhicule, à faire de savants calculs), quelques équipements ont été ajoutés: de quoi charger son portable et la liaison radio avec le reste de la team Cochonou.
Quand la capote est ouverte (c'est à dire tout le temps, qu'il pleuve ou qu'il fasse un soleil de plomb), on découvre un cadre en fer, dans lequel il est d'ailleurs conseillé de se glisser lorsqu'on se lève. J'ai compris pourquoi après le premier virage... C'est d'ailleurs sur cette armature qu'est attaché l'anneau qu'on accroche au harnais de chaque personne qui souhaite se lèver (donc a priori, tout le monde...sauf le chauffeur).
Sur la banquette arrière, l'espace est immense. En fait, comme dans une Limousine... d'où le nom! Sur les côtés, des portes-verres et bouteilles ont été installés (il y a aussi un tire bouchon, et donc oui, on peut boire un petit verre durant l'étape, mais pas avec le chauffeur), ainsi qu'un téléphone de voiture d'un autre temps. On m'a dit que c'était une ligne directe avec l'Elysée, mais bizarrement, personne 'a répondu...  
Et dans le coffre... ben j'ai rien vu, il était plein de bobs!
Côté motorisation, puisque je ne suis pas du tout calée, je dirais juste que puisqu'on est arrivés au bout de l'étape, c'est que tout doit bien tourner.
Au freinage, la Limousine a quand même un crissement bien particulier. Un peu stressant, mais vintage, j'ai adoré! Niveau confort de conduite, Damien Conseil n'a rien semble t-il à redire. D'ailleurs, en 17  Tour de France, il estime qu'il a déjà passé près d'un an et demi au volant de la Deudeuche, ça doit donc vraiment être pas si mal que ça!
Et pour prendre soin de tout ça, deux mécaniciens sont eux même installés dans un des véhicules. Tous les soirs, après le nettoyage extérieur et intérieur, ils jettent un coup d'oeil et disposent de pièces de rechange pour éviter toute panne. Notamment du klaxon, qui sert quand même très souvent.

- © Elisabeth Hersand

Des fans inconditionnels

Le moins qu'on puisse dire c'est que je ne suis pas la seule à trouver le bob Cochonou sympa. Et tout le marketing de la marque en fait. Les véhicules Cochonou sont les plus attendus sur les bords des routes. Certains spectateurs n'hésitent pas à se déguiser en cochon, arborer le même vichy rouge que les véhicules, installer des pancartes immenses à l'éffigie de la marque. Bref, tout ce qu'il faut pour attirer l'oeil des animateurs et animatrices des véhicules, et attraper un petit cadeau. Dès qu'on se lève, à bord d'un véhicule, et même s'il y a beaucoup de monde sur le bord de la route, on voit bien les spectateurs, et on capte toujours un grand espoir naitre dans leus yeux. "Il faut vraiment faire attention à ce qu'on jette" explique Damien Conseil. "Une fois, pendant une épreuve de montagne, j'ai jeté un noyau de pêche vers le ravin, et les gens se sont jetés dessus!" Ce que les spectateurs espèrent, c'est évidemment le saucisson (10 tonnes prévues en 2020!), et LE bob. Ils ne retiennent d'ailleurs pas leurs cris, sautent, dansent, ou partent même en courant quand ils en attrapent un. Si, si, c'est du vécu.
Il y a aussi des habitués du Tour, présents presque chaque jour sur le bord des routes, que les salariés de la caravane commencent à connaître. Le diable, Marguerite la vache, le Prince du Maroilles, Jojo le coq, Doudou le poussin, et même des Joyeux Lurons, qui préviennent les véhicules de leur position sur l'étape, pour leur offrir des cadeaux!

Pause technique

C'est vrai, j'ai promis. "Tout ce qui se passe dans la Limousine, reste dans la Limousine". Mais posez-vous la question: comment ça se passe, pour faire pipi, quand on est dans un véhicule de la caravane?

 

Chanson

Quand on est sur le bord de la route, c'est la chanson "Cochonou, un p'tit bout de chez nous" qui fait souvent comprendre aux spectateurs que les véhicules arrivent. Une ritournelle bien connue, puisque même si les paroles ont changé plusieurs fois ces dernières années, c'est toujours le même air qui est repris. Histoire qu'il reste bien dans la tête. Et justement, Damien Conseil avoue que quelques mois après le Tour de France, il se surprend parfois à entonner la chanson quand il prend sa voiture. Quelques jours après mon passage dans la caravane, moi, j'essaie d'arrêter...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vienne Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui